Apres notre retraite paisible dans le village aux mille pierres, nous sommes de nouveau d'attaque pour affronter les villes immenses de Chine qui jonchent notre route.


De Yujacun, nous prenons un petit bus qui nous emmene dans une gare au village voisin. Tous les regards curieux sont tournes vers nous et nous entamons un voyage en train de plusieurs heures a destination de Taiyuan. Le trajet est amusant, nous rencontrons notamment deux femmes qui nous font tester plusieurs produits de beaute de leur societe.  Taiyuan est une metropole de tours de verre contenant quelques 5 millions de chinois. A l'inverse des autres cites qui lui ressemblent, Taiyan est acceuillante et ne nous ecrase pas sous sa masse active de chinois-foumis.  Au contraire, il semblerait que les gens prennent le temps de vivre, de flaner, ne cachant cependant pas leurs grabateres et mendiants.
Nous descendons dans un hotel chinois un peu miteux, situe dans un magasin de lunettes. Il conviendra parfaitement pour ce que nous avons a y faire, sombrer dans un profond sommeil. Avant cela, nous voulons decouvrir le temple de la ville, repute. C'est un beau temple confuceen ou regne une paix saine et d'ou s'echappent des prieres dans des effluves d'encens. En quittant le temple, nous rencontrons deux lyceens ditirambiques voulant parfaire leur anglais ! Nous nous pretons au jeu. Ces deux la resteront avec nous tout l'apres midi. Nous visitons avec eux la ville qu'ils sont fiers de nous montrer en details.
Le clou de la visite est sans conteste l'immense parc de la ville. Cet ecrin paisible abrite un espace verdoyant  serti de buildings. A l'interieur se regroupent chanteurs, musiciens et adeptes de tai chi. Nous assistons a de magistraux concerts d'harmonica et de violon ainsi qu'aux performances vocales des choeurs feminins rassembles sous des kioskes en bois peints. Matthieu aura l'honneur d'essayer le violon chinois sous l'oeil d'un public venu en masse.
Le soir, Claire au bras de la petite lyceene, nous partons dans les quartiers fourmillants pour manger des specialites locales. L'estomac brule par les epices, nous rentrons tardivement nous reposer a l'hotel, ayant pris conge de nos deux jeunes guides, epuises eux aussi.


Au matin, c'est sur la vieille ville de Yuci que nous jetons notre devolu. Il s'agit d'un quartier ancien, de la dynastie Ming, qui a servi de cadre au tournage de nombreux films. L'endroit a des airs de cite interdite, et est agreable a parcourir, mais nous sommes un peu lasses et decus de tant de stands pour touristes. Nous y avons tout de meme rencontres trois jeunes filles en etude de francais qui etaient tres heureuses de pouvoir discuter avec nous.


Le lendemain, nous prenons le train pour la ville fortifiee de Pingyao dont nous attendons beaucoup de par les dires d'un vieux belge rencontre a Pekin, Claude, que le sort mettra bientot de nouveau sur notre chemin autour d'une amphorette de vin jaune.